Vous êtes ici > Accueil > Publications > La revue Culture Clown > Culture Clown n°22 > "Nécromédie" d’Amédée Bricolo

Publications

"Nécromédie" d’Amédée Bricolo

Mêler le quotidien et le mythe de la mort

Interview d’Amédée BRICOLO par Bertil Sylvander

Extraits du spectacle :
©Jiho

Une voix en fond de salle : M. Bricolo, il y a une lettre pour vous !
Amédée (étonné) : Pour moi ? C’est pas vrai ! Merci Monsieur ! (Il est fier, mais dès qu’il voit la lettre) Vous êtes sûr que c’est pour moi ? (L’enveloppe est cerclée de noir, Bricolo prend peur) C’est mon tour, youpi ! Je vais mourir, oui, c’est écrit là, noir sur blanc. À ce qui paraît c’est le plus beau jour de la vie ! (Il pleure) On met ses plus beaux habits…. Et en route ! J’ai été choisi (Il pleure, regarde vers le public) Puis, avec vous tous qui êtes venus, ça va faire un bel enterrement. (Bricolo rit) Si vous voulez bien, je vais faire les condoléances avant...
JiHo

Amédée BRICOLO

[Plus loin…]
Bricolo monte et se place dans le cercueil, seul, il pousse un cri et ressort :

Aïe ! Aïe ! Je me suis mis une écharde dans le doigt… Ça commence très mal !... Je sais pas comment ça va finir tout ça ! (Il secoue son doigt blessé)
Je vais faire un pansement avec le mouchoir de la dame, mais s’il y a une infection, on saura d’où ça vient...


Tant qu’il entend rire son public, un clown ne peut pas mourir.

Nécromédie c’est en fait l’histoire d’un petit clown qui n’avait jamais osé rire que dans ses petits souliers, et qui décide de conduire à tombeau ouvert : superbe !

Un cercueil - un beau cercueil même ! - s’en trouvera brusquement à moitié plein ou à moitié vide, selon qu’à travers lui on regardera vers la mort ou vers la vie. Si tout se passe bien, Amédée Bricolo sortira presque sain et sauf de cette poursuite burlesque et infernale. Si tout se passe bien .... Car, ce que la mort ne sait pas, c’est que tant qu’il entend rire son public, un clown ne peut pas mourir. La mort acceptera-t-elle la règle d’un jeu qui n’est pas le sien ? D’ailleurs a-t-il le droit de faire autre chose ? Il a le droit de tricher, même et surtout quand il s’agit de mourir car un clown est-il encore clown s’il se laisse aller à mourir "pour de vrai", devant son public ? Bricolo veut bien mourir un peu, mais pas trop.

Le spectateur ne saura jamais sur quel pied danse Bricolo, sur celui que la mort cherche à tirer vers le cercueil, ou sur celui que les rires maintiennent obstinément dans la vie ?

Bernard Proutau.

Contact : Cie Amédée Bricolo - http://www.amedee-bricolo.org/